Putois

Putois.
Putois.
Putois.
Putois.

Un réel coup de chance que de rencontrer un putois car le putois est plutôt nocturne et ne s’aventure que rarement en pleine lumière. Sur la réserve, c’était le seul prédateur, mammifère sauvage avant l’apparition du renard depuis quelques années. Il affectionne les zones humides. Les mares et zones humides du platier lui conviennent tout à fait. Ce carnivore chasse le rongeur, le lapereau et ne dédaigne pas croquer quelques batraciens à l’occasion. Il est aussi connu pour être un prédateur du rat musqué. Il grimpe peu, mais nage bien. Quand il se sent menacé, il crie bruyamment et émet une substance nauséabonde. C’est un cousin du furet qui en est une variante domestiquée.

Putois.
Putois.

Malgré une baisse des effectifs, il reste classé en France «susceptible d’occasionner des dégâts», ce qui en autorise la chasse et cela malgré un classement dans le cadre de la Convention de Berne comme «espèce de faune protégée». Il a pendant longtemps traîné derrière lui une mauvaise réputation, largement exagérée, de saigneur de poules, aussi était-il rangé parmi les nuisibles.

Aujourd’hui, on lui reconnaît un rôle très utile dans la lutte contre les rongeurs. Une mesure de protection effective serait tout à fait justifiée et bienvenue.

Il vit dans un terrier ou trou laissé inoccupé par un précédent locataire, lapin par exemple. L’accouplement a lieu au printemps. La femelle met bas en juin ou juillet une portée de trois à sept petits. Elle allaite pendant 5 à 6 semaines puis s’occupe seule des jeunes pendant encore deux mois. La maturité sexuelle est atteinte vers dix mois.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Putois

Putois.
Putois.